Salut François

François et Hélène étaient à l’avant-garde du mouvement «retour à la terre», et pour leur maison avaient construit un dôme géodésique sur la montagne à Rigaud. À l’époque, on ne pouvait pas tout commander sur Amazon, alors ils devraient faire les pièces pour l’assemblage des modules une à une en suivant les tableaux du Domebook (voir le billet de Jean-Pierre). Quand je suis arrivée dans la famille, ils habitaient un petit dôme, et plus tard ils en ont construit un bien plus grand, à deux étages, et le petit dôme est devenu la cuisine en annexe. J’étais bouche bée devant ces œuvres, impressionnée par la créativité et l’audace de ces projets.

Dans le petit éclairci de leur grand boisé sur la montagne, ils ont planté un jardin, élevé des dindes et des lapins, et bien sûr, entretenu le bois pour y retirer le nécessaire au chauffage de la maison.

François semblait avoir adopté le bois comme matériel de prédilection, et à cette époque, le plywood (contreplaqué) faisait fureur. Je ne sais pas où il prenait ses modèles, mais dans leur maison, la table de cuisine, les chaises, le divan, les comptoirs, tout était fait à la main, le plus souvent en plywood. Lorsque Jean-Pierre et moi attendions notre premier enfant, François et Hélène nous ont légué une table à langer de proportion généreuse, avec deux cabinets de rangement sur roulettes en dessous qui s’ouvraient comme des ailes. Du gros luxe!

J’ai cherché et cherché, mais je n’ai pas trouvé de photos des meubles du passé. Le style était forcément épuré, mais les coins souvent arrondis donnaient un air sympathique à ces fabrications. La meilleure représentation du genre que j’ai pu trouver est cette photo d’une chaise en bois découpé dénichée sur www.vntg.com.

Le bricolage ne s’arrêtait pas là! Les meubles de parterre aussi étaient faits de grosses planches de bois, et une seule chaise longue pouvait assoir trois personnes, comme on peut voir dans une photo de rencontre de famille c.1990.

Fête de famille à Rigaud en 1990 — François est à gauche

François et Hélène, dans leur choix de style de vie et dans leur créativité, ont été une grande inspiration pour nous.

François est décédé le 22 mai dernier, à l’âge de 89 ans. Il était le frère aîné de Jean-Pierre. Il laisse dans le deuil son épouse Hélène et son fils Hugo et sa famille. J’admirais François non seulement pour ses talents de bricoleur, mais pour sa passion, son esprit vif et sa grande compassion. 

Salut tendre homme, tu vas nous manquer.

2 réponses

  1. Mes profondes condoléances à vous tous ainsi qu’à la famille de François. C’était un homme fort sympathique, dévoué et sympathique. Tendresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réseau Le Petit Parc