Flammèches

La noueuse de coins de mouchoirs

Jeune femme dans une filature

Au fil des siècles, le mouchoir s’était beaucoup éloigné de sa fonction hygiénique pour devenir tout autre chose : objet de mode, support d’écriture, bandeau, chiffon ou même pense-bête.

Au fil des siècles, le mouchoir s’était beaucoup éloigné de sa fonction hygiénique pour devenir tout autre chose : objet de mode, support d’écriture, bandeau, chiffon ou même pense-bête.

C’est le cas du mouchoir rouge de Cholet créé en 1900 par l’industriel Léon Maret pour profiter du succès d’une chanson de Théodore Botrel. Le mouchoir devint l’emblème des royalistes, le rouge représentant le sang des Vendéens.
L’énorme succès du mouchoir fit la fortune de Léon Martel, au détriment d’une autre filature de Cholet. Gaston Ouvrard avait besoin de retrouver sa clientèle perdue à Léon Martel. Il cherchait une idée de génie, comme celle de son rival.
Un jour, en traversant son atelier, il vit une brodeuse à ourlets nouer les coins de son mouchoir. Jeanne Payneau utilisait son mouchoir comme pense-bête, ou aide-mémoire, chaque nœud représentant une tâche à ne pas oublier. Ouvrard venait de trouver son idée de génie : des mouchoirs prénoués. Il muta aussitôt Jeanne au poste de noueuse de coins de mouchoirs avec une augmentation de deux francs.
Les mouchoirs aux coins noués firent sensation et le Tout-Paris devait s’en procurer. Des mouchoirs à un, deux, trois ou quatre nœuds devenaient des objets de prestige : plus on avait de mouchoirs noués dans ses poches, plus on était important.
Hélas la mode fut éphémère et Ouvrard s’est retrouvé avec un important inventaire de mouchoirs non vendus.

Jeanne Payneau est la seule personne à avoir exercé le métier de noueuse de coins de mouchoirs. Elle serait aussi la seule dénoueuse de coins de mouchoirs comme l’a voulu Ouvrard dans un effort désespéré pour récupérer les mouchoirs invendus ou retournés.

Vrai ou faux ? L’histoire vient du captivant ballado du documenteur Francis Mizio. Écouter l’original.

Pour un échange intéressant sur le sujet « faire un noeud à son mouchoir », voir Le forum d’ABC de la langue française.

L’aquarelle de la couturière est l’oeuvre de Winslow Homer (env. 1878). La photo de la filature est de la U.S. National Archives and Records Administration. Le montage est de Stephanie Pelot.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billets aléatoires